Sonnet

Les scarabées fatals

Gros insectes fusant sur vos moignons de gomme Râpeuse, vous chargez de flots infectieux La rue où votre essaim déflagrateur va comme Un cancer dans la veine où rogne un sang pouilleux. Toussoteux charançons, votre embolie assomme La ville dont le cœur de grouillements houilleux Résonne et s’enténèbre, alors qu’au loin la somme De vos exhalaisons va nécrosant les cieux...

Œuvres marines

Mer ineffable, artiste et grave hydre mouvante, Combien de galions ton ire fit radeaux ? Combien d’espoirs marins privés d’eldorados Par une écume encline aux œuvres d’épouvante ? Pourquoi briser les vœux de périples à dos De vagues déroulant ton échine servante Par l’orageux retour d’une gueule fervente Que somment d’engloutir tes appétits hadaux ? Un rêveur à...

Vers Dorés (Gérard de Nerval)

Eh ! quoi ? Tout est sensiblePYTHAGORE Homme ! libre penseur — te crois-tu seul pensant Dans ce monde, où la vie éclate en toute chose ? Des forces que tu tiens ta liberté dispose, Mais de tous tes conseils l’univers est absent. Respecte dans la bête un esprit agissant… Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ; Un mystère d’amour dans le métal repose : Tout est sensible ! —...

Le Cactus

Ton épiderme antipathique, Cactus de pointes recouvert, Au tendre cœur ayant souffert, Semble un écrin prophylactique. L’être en son intimité plein D’un sang laiteux montre peau dure Pour éloigner de sa verdure Les vampirismes du vilain. Doux écorché que la soif ride, Nu dans la destinée aride Ne peignant d’ombre que vautour, Trouve en ce totem solitaire, Farouchement gorgé...

Toussez printemps ! (poison d’avril)

Paris comme en apnée, éteint ; cité lumière Vidée en plein soleil par un éternuement Grippant d’un bout à l’autre un monde fourmilière Que sa fièvre a conduit au moindre mouvement. Il flotte dans la rue un air de cimetière ; L’envahisseur fantôme attend qu’en le humant Un corps hospitalier lui serve de chaumière Où faire ses petits jusqu’à l’étouffement...

Les bourdons maudits

Emplissant d’épineux nectar notre citrouille, Nous bouillons d’y mûrir l’alcool des grands esprits ; Mais troubles butineurs au flair prisant la drouille, Nous avons bu pour lys de vieux chardons aigris. Alambic corrompu, notre âme se barbouille Et croit faire un vin d’or avec des sucres gris. Chauds d’un magma qui sent la fièvre de gargouille, Nos crânes étuvés...

Renouveau (Stéphane Mallarmé)

Le printemps maladif a chassé tristement L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide, Et dans mon être à qui le sang morne préside L’impuissance s’étire en un long bâillement. Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau, Par les champs où la sève immense se pavane Puis je tombe énervé de...

Impuissance

Un gazouillis d’enfant (moins homme que mésange), Voix d’un âge où l’on a le sérieux d’un ange, Désembua mon œil des ombres du vieux parc. Je vis, suivant le vol de flèches oniriques, Un vaillant chérubin, muni d’un semblant d’arc, Miner l’essaim nombreux des âmes maléfiques. Va ! justicier léger, profite du poitrail Qu’un souffle pur encore empêche...

Insomnie paranoïde

Les soirs où l’opium d’Hypnos feint menacer De m’enfouir dans la ténèbre sarcophage, Mon cœur, grave tambour d’angoisse en plein naufrage, M’impulse d’avoir l’Ombre à l’œil, ou m’effacer. Le noir profond m’imprime un masque mortuaire ; Je le sens désireux de fondre mes tissus, Et je crains, m’évidant comme un pochoir diffus...

Vénus Malouine

Guide, déesse d’émeraude, Quand me déborde le brouillard Et que l’incertitude rôde, Mon cœur perdu d’un seul regard. Berce-moi d’ondes délicates ; Laisse les vagues de ta voix Rêveuse enivrer les eaux plates De solitude que je bois. Dissipe et coule ma détresse ! Il suffira d’une caresse Pour me conduire au grand frisson Du naufragé ceint de nuages À qui se rouvre un...

Archives

© contenu protégé ©