L’Argent

L


Un progrès inverse
A fait du commerce
Le suprême agent.
Nulle âme venue
N’atteindra la nue
Sans l’esprit marchand ;
Sur toute acropole
Prévaut la parole
D’un seul dieu : l’Argent !

Ses prêtres fidèles,
De leurs citadelles
D’ivoire et d’acier,
Où nul ne pénètre
S’il n’œuvre à repaître
L’autel financier,
Font le monde esclave
Des crises que bave
L’oracle boursier !

L’écume cryptique
D’un épileptique
Éfrit souterrain
Est l’humeur motrice
Qui sert de matrice
Au jeu vipérin
Dont seul un cénacle
Qui parle pentacle
Ressort souverain !

Louant la Matière,
La secte rentière
Vit pour que Mammon,
Occulte monarque,
Seul chiffre la marque
Qui nourrit le NOM…
Sans croire à la Bible,
Passer l’ordre au crible
Amène au Démon !

Du pôle au tropique,
Une ombre entropique
Transmute et traduit
La vie en virgules,
La mort en formules ;
Tout vendre est gratuit !
De l’âme à la mouche,
Tout ce qu’elle touche
Se change en produit !

Toujours pieuvre en manque
D’obligés, la Banque
Décuple en réseaux
Son art tentacule
Pour que la crapule,
Par-delà les eaux,
Sans payer sa coulpe,
Fasse offrande au poulpe
Sous tous les fuseaux !

Les mafias croissent !
Les peuples angoissent !
Gloire aux corrupteurs !
La pègre est pansue
Sous la loi sangsue
Des cartels prêteurs.
Aux uns, la luxure,
Au nombre, l’usure
Des écornifleurs !

Tout Shylock jubile !
Le fou qu’obnubile
L’usufruit sans fin
Se gave de lucre,
À priver d’un sucre
Le maigre couffin ;
Au ventre guenille
L’obèse chenille
Répond qu’elle a faim !

Qu’un faible se plaigne,
L’affreux qui le saigne
Invoque Darwin :
« De toute évidence,
Par la Providence
I am born to win ! »
Native charogne
Dont vint la cigogne
Un soir d’Halloween !

Où que l’on sillonne,
Sans foi, Babylone
Reproduit sa tour :
Tandis qu’à la cime
Couronne le crime
Un cercle vautour,
La foule plus ample
En bas gueuse au temple
Un ersatz d’amour…

Aux peuples sans sève,
On leur vend du rêve ;
Qu’ils crèvent d’espoir !
Du vide l’on crée
L’ivresse sacrée
Du besoin d’avoir.
On estime un homme
À ce qu’il consomme :
L’achat vaut pouvoir !

À propos de l'auteur

Julien Albessard

Misanthrope humaniste, atrabilaire joyeux, rêveur rationnel, insulaire sociable et enthousiaste résigné, comme tout le monde, je ne suis comme personne.

Commentez

Archives

© contenu protégé ©